Je ne veux pas d’ailes

Je ne veux pas d’ailes.

Qui a dit qu’il fallait être oiseau pour s’envoler ?

Mon allure terrienne me permet de buller à mon aise, comme une chambre à air dégonflée.

Quand je décolle c’est du regard, dans le parc Éolien sur lequel souffle le Foehn.

Fragrance marine, j’ouvre mes narines, la vie s’insuffle.

Immobilisme terrien.

Vaporeux.

Je respire.

Texte écrit à partir Des Dis-moi dix mots qui ne manquent pas d’air de l’édition 2021

Valentine’s day

Brigitte s’habille plutôt mal d’un rien, habite à Sarcelles au 7, allée Jean-Antoine Watteau, possède une seule robe et zéro paire de Louboutin. Elle picole de la vodka et enchaîne les DVD en attendant l’appel de son prince charmant pour cette putain de Saint-Valentin.

Bridget s’habille en Prada, vit à Notting Hill au 7, Portobello Road, possède 27 robes et 8 paires de Louboutin. Elle sirote son champagne avec des fraises et ne vivrait pour rien au monde la vie de ces hystériques de Wisteria Lane. L’amour, en réalité, elle connaît. Quatre mariages et l’enterrement de ses illusions lui ont suffi.

Publié sur le blog des 807 en 2012