La rentrée a été difficile. Même pas le temps ni l’envie de râler contre les retards les travaux les un train sur deux entre 8h30 et 16h les incivilités et les wagons dégueulasses le matin. C’est dire.

Tu as juste remarqué que l’annonce soyons attentif ensemble blablabla a désormais la voix d’un homme qui zozote très légèrement ce qui donne FNFF foyons affenfif enfemble.

L’horizon s’est un peu éclairci, ton esprit se reconnecte petit à petit au monde qui t’entoure. Ce soir, sur le quai, il y a le soleil d’automne, et une équipe de jeunes qui comptent les voyageurs montant et descendant des trains. Fin de journée, ils sont fatigués, s’asseyent entre deux trains sur les rares sièges et plaisantent entre eux :
«Je dors avec une couverture artificielle»
«C’est quoi, une couverture artificielle?»
«Celle que tu achètes au marché»
«Mais alors,c’est quoi, une couverture naturelle ?»
«La personne qui dort à côté de toi»

Ton RER arrive, tu montes en souriant.

Publicités