RER du matin.
La chaleur est tombée. Vieille rame à étage, pas de clim, tu t’installes en bas pour profiter de la fraîcheur revenue qui s’infiltre par les fenêtres ouvertes.
Une femme blonde aux yeux fatigués sort un petit miroir et s’inspecte avant de se maquiller, mascara, rouge à lèvre, elle se lève pour descendre, jupe noire courte à fleurs rouges, jambes maigres et blanches, chaussures noires à talon, tu tentes de capter le reste de sa silhouette mais trop tard, elle a disparu.
Tu reportes ton attention sur une  jeune femme métisse dont tu ne vois que la nuque cheveux blonds retenus en vague chignon par un chouchou rouge et blanc, lunettes, boucles d’oreille, magazine et sandwich qu’elle range dans un sac – part-elle en voyage ? Non. Elle descend avant Paris, silhouette fluette, écouteurs, démarche rapide.
Tu n’as plus de morceaux de vie à observer, pas envie de sortir ton livre, de toute façon tu es bientôt arrivée.
Il fait gris.
C’est le début de l’été.

Publicités