Sur l’autre rive un bateau rouge
Quitte le port encore désert
Mon cœur avide à peine bouge
Dans mon corps arrimé à terre

Publié dans la Revue Pantoun n° 9 (Pantouns du monde) dans les Pantouns mélancoliques

Publicités