Le samedi soir tu as droit à un train court, donc bondé. Et dégueu. Tu te cases tant bien que mal à l’étage à côté d’une fille au gobelet Starbucks vide et face à un gros type vautré qui occupe deux places et a deux portables. Près de lui un sac avec des coeurs et des têtes de cerfs. Derrière toi deux gosses qui poussent des cris stridents et passent tête et mains par la fenêtre ouverte. Arrête Jules on s’assoit dit le père. Sa fille lui dit qu’il pue. Entre autre.
Arrêt. Le gros type se lève. Un vieux à foulard chemise rose et Figaro prend sa place. La rame se vide. Tu changes de place.
Et monte la petite fille déguisée en princesse.

Publicités