Mots-clefs

Sonnerie du réveil émerger du brouillard informe nuit blanche traits tirés teint brouillé. Vieille, se sentir vieille. Mais belle, serai belle et même pas du Seigneur oh mon Dieu, vite, vite, une douche jambes à épiler, cheveux à laver, les yeux à farder, boucles d’oreille, où sont mes lentilles, parfum, là, sur le poignet derrière les oreilles l’ensorceler vite vite il m’attend mon sac un coup d’œil dans la glace ça ira mon sac, où est-il, le billet, dans ma poche attraper la valise les pieds dans le tapis. Aie ! collant filé tant pis repartir fermer la porte l’ascenseur vite reflet capté égaré l’air égaré, se ressaisir, courir la valise à la traîne sur ses roulettes – rien ne va jamais comme sur des roulettes – est-ce que j’ai fermé le gaz et les fenêtres va pleuvoir où est mon billet dans ma poche changer de collant dans le train courir j’aurais pas dû mettre ces escarpins, j’arrive à la gare, sur le quai…

Le train de 8 h 07 est annulé.

Publicités