Mots-clefs

Aller dans le placard. Commencer par la rangée de gauche, étagère du haut, du milieu, puis celle du bas. Mettre les dossiers à archiver sur un chariot. Le tracter péniblement jusqu’au bureau. Les répertorier un par un dans la base de données. Les remettre sur le chariot. Aller chercher la clé des archives dans le bureau du chef. Ne pas les trouver, ni la clé, ni le chef. Partir à la recherche du chef. Aller à la machine à café. Trouver le chef. Lui dire qu’on a besoin de la clé. S’entendre répondre d’attendre cinq minutes. Repartir bredouille à son bureau avec une furieuse envie de mordre. Passer un coup de fil perso en attendant. Raccrocher vite quand le chef revient. Le suivre dans son bureau pour avoir la clé. Repartir avec. Prendre le chariot surchargé et se diriger vers l’ascenseur. Aller au troisième sous-sol. Ne pas réussir à ouvrir la porte. Insister. Donner un grand coup de pied dedans. Penser fort au chef.

La porte cède. J’entre dans le local humide et poussiéreux où je dois classer les boîtes d’archives. Ça pue le rat crevé là-dedans. Comme le chef. Je prends une boîte, je la jette par terre et je shoote dedans. Ça fait un bien fou. J’agrippe le chariot et je le renverse, éparpillant toutes les boîtes autour de moi. Ça fait comme un tapis. Je me jette dedans, je bats des bras et des jambes, je nage dans la mer, ça sent l’iode et les algues. J’entends le cri des mouettes. Je me tourne sur le dos et je fais la planche en comptant les nuages qui moutonnent dans le ciel. Je m’assoupis…

Le lendemain matin à 8 h 07, on la retrouva endormie aux archives.

Publicités