Mots-clefs

Christophe est né un 15 décembre 1974, au milieu des vignes, à  Kaysersberg, petit village niché au cœur du vignoble alsacien. Enfin, au milieu des vignes, c’est une façon de parler, il n’est pas né entre deux ceps de vigne, il a plus exactement vu le jour dans le domaine viticole de son père, Victor Scherrer. Il neige tant ce jour là qu’il est impossible de transporter sa mère à l’hôpital de Strasbourg quand elle perd les eaux. Il naît donc au milieu des vignes, premier et unique enfant de Victor et Rachel Scherrer.

Il vit des années d’enfance apparemment heureuses et sans histoires, entre l’école et les vignes où il accompagne son père dès qu’il le peut, initié très tôt aux vendanges et aux processus de vinification. Son parcours semble tout tracé, il héritera du domaine et prendra tout naturellement la succession de Victor. Sauf qu’un jour Christophe a quinze ans et qu’il en a assez des vignes. Il a l’impression de se noyer dans cet océan de grappes juteuses ou de pieds noueux, en fonction des saisons. On ne parle que de ça dans ce grand domaine où il s’ennuie ferme à présent.

Christophe ne veut plus être viticulteur. Il se rêve écrivain, philosophe, ou psychanalyste, ou mieux, les trois à la fois.

Il a découvert Freud et ses propres origines juives pratiquement en même temps. En effet sa mère, Rachel, est née pendant la guerre, unique rescapée d’une famille juive dont elle n’a conservé aucun souvenir. Elle a été recueillie par une famille catholique dont elle a fini par épouser le fils aîné, Victor. Lorsque Christophe a découvert cette histoire il s’est détourné de la religion catholique, dans laquelle il avait grandi, pour se tourner vers le judaïsme, ce qui n’a fait que creuser d’avantage le fossé entre lui et son père.

Dès qu’il a dix huit ans et son bac en poche, il monte à Paris où il commence de brillantes  études de psychologie et de lettres modernes.

Christophe est âgé de 35 ans à présent, il est un  psychanalyste réputé et  a écrit une biographie originale de Freud qui l’a rendu célèbre dans les milieux littéraires. Il est invité dans toutes les émissions branchées et a même sa propre chronique dans une émission de divertissement à la télévision. On se l’arrache dans les dîners. Tous les peoples veulent s’allonger sur son divan dans les beaux quartiers de Paris. Il a délaissé le judaïsme pour se tourner vers le bouddhisme, avant de se déclarer agnostique. Ce jour là, il pose pour la couverture de Psychologies Magazine qui lui consacre sa une. Il prend un air grave et pénétré, il a le regard profond et inspiré de celui qui sait.

Dix ans ont passé, Christophe a 45 ans. Il s’est marié et a divorcé deux fois. Après avoir connu son heure de gloire dans les milieux littéraires, il est retombé dans l’anonymat. Il exerce toujours en tant que psychanalyste mais sa clientèle se raréfie de jour en jour. Toutes les célébrités qui venaient s’allonger sur son divan à prix d’or afin de pouvoir se vanter d’être en analyse avec le célèbre Christophe Scherrer ont déserté son cabinet. Il faut dire que son comportement est devenu bizarre, il engueule ses patients, soliloque sans fin au lieu de les laisser parler. Il se prend pour un gourou et ne cesse de citer les théories de Wilhelm Reich qui serait  selon lui le véritable Maître dissident de la psychanalyse.  Bref il fait peur et semble devenir fou. Du coup il est mis au ban de la société parisienne et repart ce jour là en Alsace pour y enterrer son père.

Christophe est revenu dans le domaine familial pour les funérailles de son père et n’en est jamais reparti. Il a essayé de reprendre l’exploitation mais cette tentative s’est soldée par un échec.  A défaut de clients pour acheter son vin, il s’est mis à le boire. Il erre comme un fou au milieu du vignoble, haranguant une foule de pieds de vigne comme autant de disciples potentiels dont il est le gourou.

Un soir de décembre, aux premières neiges, on le retrouve mort de froid au milieu de ses vignes.

Publicités