Aujourd’hui je suis allée au cinéma. J’adore le cinéma, surtout en semaine, dans la journée, quand les salles sont presque vides.

Je suis arrivée la première, me suis installée en plein centre de la salle, au beau milieu de la rangée du milieu, comme j’aime.

J’ai posé mes affaires sur le siège voisin et allongé les jambes en soupirant d’aise.

Quelques personnes sont arrivées pendant les plages de publicité et se sont dispersées dans la salle, à bonne distance.

Les lumières se sont éteintes, le film a commencé, et c’est au moment où je me laissais aller dans le fauteuil avec volupté que j’ai senti le choc familier dans mon dos.

Un abruti s’était installé derrière moi, juste derrière moi, alors que toute la rangée était vide, et donnait des coups de pieds dans mon siège.

Calmement, j’ai fouillé dans mon sac, me suis retournée et lui ai logé une balle entre les deux yeux, proprement, avec le petit revolver muni d’un silencieux que je venais de m’offrir.

J’ai fini de regarder le film, puis je suis partie.

A l’heure qu’il est, il doit encore se trouver dans la salle.

Publicités